• Lé fôte d'aurretografe

         Bonjour à tous! Damned, cela faisait un moment que je n'avais pas publié...

         Il faut dire que j'étais assez occupé, que ce soit à la fin de mon année scolaire, durant les vacances ou ces deux derniers mois. J'ai un peu plus de temps libre maintenant, mais ce n'est pas nécessairement une bonne nouvelle... enfin.

         Et puis mon absence s'expliquait par le fait que je préparais quelque chose de gros. Ce n'est pas terminé, hélas, mais suite à une brusque crise d'inspiration survenue dans l'après-midi, je me devais de publier. On ne lutte pas contre les idées bouillonnantes.

         Bref.

         Voilà la situation telle qu'elle était en ce 16 octobre 2010, en début d'après-midi. Les p'tits oiseaux chantaient, sans doute pour se réchauffer, le soleil brillait et baignait le territoire de ses rayons dorés du moins dans les rares secondes dénuées de ces saletés de cumulonimbus, et l'Oldi s'ennuyait ferme. Après la traditionnelle sieste digestive, il entama la non moins traditionnelle glandouille euphorique, laquelle fut rapidement interrompue par sa conscience qui lui hurlait sans retenue aucune: "Il est VRAIMENT temps de ranger ta chambre, mon pote!!" (oui, ma conscience m'appelle "mon pote". Nous sommes très proches.)

         Me relevant donc dans un magnifique ralenti qu'eût fort bien accompagné le thème de 2001: L'odyssée de l'espace, Oldi, moi donc, se releva. Enfin, je me relevai, quoi; oui, j'en ai un peu marre de parler à la troisième personne, surtout que moi et ma conscience ne faisons que deux. Donc, disais-je avant de m'auto interrompre, je décidai d'attaquer le rangement en débutant par une pauvre étagère un brin poussiéreuse qui n'avait rien demandé à personne. Sur le plus haut de ses étages, ma game gear.

         Petite précision pour les jeunes cons gavés de culture high-tech qui renient leur jeu préféré de six mois d'âge sous prétexte qu'à cette seconde précise, il est has-been avec des graphismes laids: la game gear est une console portable de la marque Sega -qu'elle repose en paix- commercialisée, si ma mémoire est bonne, au début des 90's. Première console portable à proposer un écran couleur (avec davantages de couleurs que la game boy color, sortie pourtant bien des années plus tard), fort sympathique. Une qualité qui, hélas, se payait, puisque les jeux n'étaient pas vraiment donnés, que la chose était assez encombrante, ce qui est, vous l'avouerez pour une console portable, un peu couillon, et que les piles nécessaires au fonctionnement de l'appareil se vidaient plus vite que le lac de Malpasset en ce beau jour de décembre 1959, bien que novembre fût plus ensoleillé, enfin j'dis ça j'dis rien.

         A côté de ma game gear, cela va de soi, les jeux. Beaucoup de Sonic: nous sommes chez Sega, voyons. Et, à l'arrière, en tas, les manuels des jeux, sous-littérature inepte et abrutissante qui compte moins dans l'histoire des belles-lettres qu'une demie virgule tirée du plus quelconque des Marc Levy.

         Toutefois, cela faisant des années que je n'avais pas feuilleté les petits livrets bichromes, je saisissai le tas et compulsa quelques ouvrages. Et là...

         ...incroyable. Etant petit, je n'avais jamais réalisé à quel point ces petits opuscules étaient mal traduits. Ca en était fascinant de médiocrité.

         Certains étaient pires que d'autres, mais dans chacun des petits livrets, je remarquai des phrases incompréhensibles, des paragraphes entiers restés en anglais, des ponctuations aléatoires, des majuscules à l'utilité minuscule, et je passe sur les soucis de mise en page et autres encres baveuses. Et je croyais avoir tout vu quand je tombai sur le manuel du jeu "The adventures of Batman and Robin".

         Sincèrement, si vous pouvez vous procurer ça... ça vaut son pesant de cacahouètes. Fourrées aux pépites d'or, les cacahouètes.

         Les fautes sont tellement nombreuses que le moindre paragraphe mériterait une thèse à lui tout seul.

         Commençons par la page "scénario" (je passe volontairement les pages précédentes, consacrées à la mise en marche de l'appareil, de toute manière personne ne les lit jamais.)
         Robin est l'appât. En otage du Joker, il est imprissonné quelque part dans Gotham City.
         ...imprissonné?? Avouez, cela commence fort. Le dit manuel affichant cinq-six langues à la fois, je peux affirmer de manière certaine que c'est le mot "imprisoned" qui a été traduit par une espèce de phacochère dément. Pas d'autre explication. Mais attendez la suite!

         Le Chapelier Idiot, M. Gèle et l'Epouvantail...
         M. Gèle??? Mr. Freeze renommé M. Gèle???
         Je suis un fervent défenseur de la langue française, mais parfois il faut laisser la langue de la perfide Albion triompher, quitte à sacrifier le patriotisme sur l'autel de l'esthétisme. M. Gèle, quoi. Et pourquoi pas les aventures d'Henri Potier et le moitié-sang Prince? D'autant plus qu'un nom de personnage, ça ne se traduit pas, quoi!
         Un ami me faisait remarquer récemment cette curieuse manie des Français de traduire les noms propres étrangers. Parfois, c'est justifiable, mais c'est vrai qu'un Anglais voyant sa capitale London renommée Londres est en droit d'être surpris. Enfin.

         Passons à la suite: le chapitre Batman"s fighting moves, ou, comme il est dit dans la partie française, Les actions de bataille de Batman. Pour la beauté de la phrase, on repassera.
         Quand un robot-criminel est hors de la portée, appuyez sur le bouton 1 pour attaquer avec le Batarang, ou une autre arme si tu l'as.
         Ah, voilà le principal souci avec ce perfide "you". Quand on traduit à l'arrache, on se trompe dans la signification du terme, résultat: le manuel hésite entre le vouvoiement et le tutoiement. Il ne sait pas si on se connaît assez pour se tutoyer. C'est mignon!

         Ah, intéressant: le chapitre La mission de Batman...
         L'armée criminelle du Joker et ses générals ont pris les parties essentielles de Gotham City...
         Les générals? Avouez, une telle faute, c'est pas banaux.
         Et heureusement que ce jeu s'adresse aux fans de Batman. Un non-connaisseur qui se tromperait et prendrait Gotham City pour un personnage se poserait des questions quand aux "parties essentielles".

         Ah, encore une qui est très sympathique, qui décrit ce qui se passe quand la barre de vie atteint zéro.
         En anglais: Batman's lights go out! (en gros: la chauve-souris clamse.)
         En "français": Batman ne voyez plus le jour!
         Okay.

         Description des niveaux, ta-dah: Mr. Freeze a gelé un immeuble...
         M. Gèle donne une interprétation très nouvelle à "prise hostile" quand il lasse faire l'Age de Glace à Gothcorp.
         Je vous rassure, en anglais, c'est pas vraiment plus clair. Mais je me demande ce que Scrat va faire à Gotham City?!?!...

         Ce jeu était très difficile, je ne suis jamais arrivé au dernier niveau... dommage, les ennemis de cette zone finale semblaient dignes de Nanarland!
         Une bande des robots qui sont des clowns du karaté mortel...
         Honnêtement, j'adorerais voir un film avec ça!!

         Et j'ai gardé le meilleur pour la fin... dernier chapitre: explication de l'écran "game over".
         Quand Batman perd une de ses neuf vies, il revit pour continuer la bataille du point où il a mouru.

         Mouru!! MOURU!!
         Je n'invente rien.
         Ce serait faire honte à l'art de l'origami que de dire à quel point j'étais plié. Mouru... je croyais que ce mot-là n'existait que dans des parodies ou chez les copies les plus minables des élèves les plus cancres! Mouru! Ah, au moins ce manuel m'aura bien fait rire, c'est déjà ça.

         ...mais, en réalité, le rire fut de courte durée.

         C'est une tradition. Une fatalité, même. Ce genre d'article ne peut que se finir par un épilogue de type renversement-de-situation.

         Arrivé à la fin du délicieux manuel batmanien, j'en pris un autre, espérant trouver d'autres extravagances grammaticales du même acabit. C'était le livret d'un jeu d'Astérix, fort sympathique d'après mes souvenirs. Et, peut-être est-ce dû à l'origine franco-belge de la BD dont ce jeu était adapté, la traduction était plus qu'acceptable.

         Mais... les deux dernières pages étaient des pages mémo, destinées aux joueurs désireux de consigner de quelconques détails utiles.
    Sur l'une de ces pages, je reconnus mon écriture malhabile de l'époque, ayant pris note à propos d'une énigme assez ardue d'un des derniers niveaux du jeu.

         au TEMPLES! ne pas bésser la 1er ni la 3ème épé! besser la 2ème!

         Bizarrement, je n'avais plus envie de chercher de fautes, après.

         Alé, salu tou le monde, é à la revouaillure.


  • Commentaires

    1
    Pelinore
    Samedi 16 Octobre 2010 à 18:59
    ^^
    oui, pour lauretaugraffe, on a beau rigoler sur les autres, tôt ou tard on a une mauvaise surprise >.> Mais c'est dingue, tout de même, le laissé aller de la traduction O.O
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    braqmard andré
    Dimanche 17 Octobre 2010 à 01:09
    trop fort !
    genial ! bravo !! tu as décidément le sens de la chute ! ...et une branlette orthographique, une !
    3
    Tom
    Dimanche 17 Octobre 2010 à 15:12
    ... Oh... Mon... Dieu...
    Je crois, mes très chers amis, que nous venons de trouver le "pourquoi" le niveau orthographique de la jeunesse actuelle à autant baisser... Après avoir lu pareil article, je n'oserai même plus regarder les orbites moisies du cadavre de Victor Hugo en face, sans ressentir une honte monumentale... Soutenez la qualité de notre langue, mes frères !! Respectez ces codes, légués par nos pères et mères !! Vive la Langue Française !! (Fin de la parenthèse "patriote linguistique") Omé kan mê, trop lol ton truc gars XD ptdr !!
    4
    Dimanche 2 Janvier 2011 à 00:43
    Adely Lamauve sur Facebook
    nouvelle adresse j ai perdu la clé de mon royaume alors si tu veux me contacter cherche adely lamauve sur Facebook Merci ♥ bisous ♥
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :